Le mariage – De l’antiquité à nos jours

  1. Accueil
  2. /
  3. Blog
  4. /
  5. Le mariage – De l’antiquité à nos jours

Le mariage de l’antiquité à nos jours : ses coutumes & traditions vous ont longtemps fait rêver ? La robe blanche, le lancer de bouquet ou bien encore la jarretière sont des traditions qui vous tiennent à cœur ? Je vous propose ici un article sur l’histoire du mariage, ses traditions ancestrales, ses origines mais aussi son évolution de l’antiquité à nos jours.

L’Égypte Ancienne :

Tout d’abord, dans l’Égypte ancienne, le mariage est la volonté de former un couple à l’image des divinités égyptiennes qui possèdent presque toutes leurs parèdres. En effet, le plus souvent, le mariage restait le simple désir de vouloir vivre ensemble et fonder une famille.

Effectivement, il semblerait qu’a cette époque aucune procédure n’était célébrée. En effet, qu’elle soit administrative ou religieuse, seul le consentement des deux époux suffisait.

Les femmes étaient libres de choisir leur époux. La morale égyptienne interdisait aux pères d’aller à l’encontre des désirs de leurs filles. Même s’il y avait une absence de contrat officiel pour sceller le mariage, ce n’était pas un acte fait à la légère.

Le plus souvent, les Égyptiens se mariaient avec des femmes de leur entourage (cousines, voisines) mais jamais avec leurs sœurs. Les sages les mettaient en garde contre les femmes inconnues de la famille.

Le divorce n’avait pas sa place dans cette société. L’adultère chez la femme était passible de peine de mort, mais soumis à un simple divorce pour l’homme.

La Grèce Antique

Dans la Grèce antique, le mariage reposait moins sur des relations personnelles, mais plus sur une responsabilité civile. On y voyait un intérêt public, car le but et l’objectif de tout mariage était en priorité la reproduction.

La plupart des mariages étaient arrangés entre les parents de la future mariée et le futur marié. Un homme choisissait sa femme en fonction de trois choses : la dot (que le père de la future mariée donnait au futur marié), sa fertilité et ses compétences (comme le tissage).

L’âge moyen des jeunes filles lors de leur mariage était entre 14 et 16 ans et de 30 ans pour les futurs mariés. Le futur marié et son beau-père devenaient alors des alliés par l’échange de cadeaux, ce qui signifiait l’alliance des deux familles.

La célébration de la cérémonie du mariage était séparée en trois parties et répartie sur trois jours : le Proaulia, qui était la cérémonie avant le mariage, le Gamos, le mariage en lui-même et l’Épaulia, la cérémonie post mariage. Les mariages d’hiver étaient les plus populaires en raison de l’importance de cette époque pour Héra, la déesse du mariage.

La Rome Antique :

Le mariage romain est une cérémonie rituelle. On retrouve deux statuts différents chez la femme : soit la femme est sous l’autorité juridique de son époux (Cummanu) soit elle reste sous l’autorité de son père (Sinemanu). L’âge légal du mariage est de 12 ans pour les jeunes filles et de 14 ans pour les jeunes hommes. En pratique, les jeunes hommes se mariaient plutôt vers l’âge de 20 ans.

Des fiançailles étaient célébrées devant des témoins et signaient un engagement réciproque des fiancés. Le futur marié passait un anneau à l’annulaire gauche de la future mariée et lui offrait des cadeaux. Il était déconseillé de se marier au mois de mai, en revanche le mois de juin était propice, car c’est le mois de Junon, la déesse du mariage.

Le Moyen-Age :

Contrairement aux mariages de l’Antiquité, au Moyen-âge, la publication des bancs devient obligatoire et public afin d’éviter tous mariage clandestin.

C’est au XIe siècle que l’église impose une différence entre les clercs et les laïques. Les clercs assuraient la spiritualité et les laïques devaient veiller à la reproduction biologique de l’espèce et se mariaient en suivant des règles strictes et identiques pour tous.

Le mariage devient donc un sacrement basé sur quatre piliers fondateurs : indissolubilité, monogamie, con-sensualisme et exogamie.

Après l’époque médiévale, les futures mariées se mariaient vers 17-18 ans et les hommes avaient environ 10 ans de plus, ce qui renforçait la domination masculine.

Même si l’obéissance de la femme est un impératif à cette époque, cela ne l’empêche pas d’avoir un rôle domestique important. L’épouse apporte à sa famille sa dot ainsi que des savoirs faire culinaire, horticole et éducatif.

Les Temps Modernes

C’est à partir de 1792 que le mariage civil en mairie est instauré. Il devient le seul valable aux yeux de la loi, devant le mariage religieux.

On commence à parler de mariage d’amour et donc de libre consentement. Nous sommes aux prémices d’une révolution sentimentale et d’une recherche d’égalité homme-femme.

Il faut attendre 1884 pour que le divorce devienne légal.

De Nos Jours

Si au fil du temps, certaines règles, coutumes et traditions sont inchangées et toujours présentes, il faut dire que les mentalités ont, elles évolué.

En France depuis l’adoption de la loi du mariage pour tous en 2013, il est possible aux couples de personnes de même sexe de se marier. Il est possible pour les couples hétérosexuels ou homosexuels d’avoir recours au PACS (pacte civil de solidarité). Il peut être une première étape avant le mariage ou une alternative à celui-ci.

Aujourd’hui n’étant plus une obligation pour construire une famille, le mariage est un engagement rempli d’amour entre les deux époux. Qu’il soit civil, religieux, laïque, de sexe opposé ou de même sexe, il est devenu un véritable symbole d’amour et de diversité.

À bientôt, Adeline.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *